TRAVAUX AFIB : GESTION OPTIMISÉE DU PARC D’IMAGERIE (GOPI)

par Françoise GOSSO Directrice de l’ingénierie  biomédicale et des  équipements  Hospices Civils de Lyon

Soumis à des contraintes financières,  technologiques et fonctionnelles en  inadéquation avec leur volonté d’innovation  et de développement, les Hospices Civils  de Lyon (HCL) ont commencé à réfléchir en  2012 à une nouvelle manière de répondre  aux besoins de leur pôle d’imagerie. 

Un travail préparatoire long de 2 ans a  permis de définir les contours de ce projet  ambitieux, conçu par et pour les HCL.  Pilotées par le directeur du plateau médico technique et par l’ingénieur biomédical  responsable de l’imagerie aux HCL, des  équipes pluridisciplinaires ont été constituées  afin d’étudier tous les aspects du projet.  L’analyse des besoins pour le plateau  d’imagerie a permis de réfléchir en outre  aux remplacements des équipements, aux  questions de maintenance, de renouvellement,  de formation et de recherche. La définition  d’un périmètre au plus proche de la réalité  et la gestion des imprévus ont aussi été  des éléments clés de cette réflexion. Une  analyse financière basée sur les dépenses et  recettes des 10 dernières années a permis  de fixer une base budgétaire annuelle. De  plus, une analyse juridique concernant la  manière de conduire ce nouveau type de  processus d’achat simplifié a été réalisée  afin de s’assurer de la viabilité du projet. 

Suite aux études menées, une consultation  sous forme de dialogue compétitif a été  lancée, puis après 18 mois de discussion,  un accord portant sur une durée de deux  fois 6 ans a été signé avec la société  Philips. Dans le cadre de ce contrat, un  seuil d’exclusivité de 30% a été défini,  garantissant la possibilité aux HCL de  disposer d’équipements de sociétés tierces.  Une année supplémentaire a été nécessaire  pour régler les différents détails de cet  engagement et mettre en place le projet. 

Après 30 mois de fonctionnement, le bilan  est grandement satisfaisant malgré des  réticences initiales. Grâce à une grande  adaptabilité et à une bonne gestion du  planning, le budget alloué a été respecté  et 15 projets ont été inscrits et validés par  le comité de pilotage de recherche GOPI. Le  service biomédical a eu et garde un rôle  important au cœur du projet, l’expertise  technique apportée par les IBMH ayant été  primordiale. Cependant, il est évident que  des marges de progression sont encore  possibles afin de poursuivre dans cette voie. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.