TRAÇABILITÉ DES PRÉPARATIONS EN ONCOLOGIE

par Benoît LEFRANC Chef de la pharmacie CH de La Rochelle

En chimiothérapie, les préparations  sont faites à la main avant d’être  soumises à un double contrôle visuel  pour s’assurer du bon respect des  étiquettes et des doses. Mais ce contrôle  reste plus que limité dans la mesure où  des erreurs graves surviennent encore  fréquemment dans les préparations.  D’ici à 5 ans, l’Organisation Mondiale  de la Santé (OMS) s’est fixée comme  objectif la réduction de 50% des erreurs  médicamenteuses. 

C’est dans cette optique que le système vidéo intelligent Drugcam® d’Eurekam a vu le jour  à La Rochelle. Il est composé d’un système  vidéo relié à une plateforme logicielle pour  assister le préparateur en temps réel à chaque  étape de la préparation par reconnaissance  d’images (mode « assist »). Lorsqu’un flacon  ou une seringue est présenté à Drugcam®,  une alerte est émise en cas de mauvaise  étiquette (molécule administrée, nom  patient) ou de volume incorrect. Un mode  « control » permet l’enregistrement vidéo  des manipulations pour des contrôles à  posteriori. 

Utilisé depuis juin 2015 au CH de La Rochelle,  une étude portant sur l’utilisation du dispositif  jusqu’à fin 2017 fournit ses premiers résultats.  Sur les 68 524 préparations réalisées sous  

l’outil Drugcam®, 104 erreurs ont été  interceptées. Résultat ? Près de 9 fois sur  10, l’erreur est due à un sous ou surdosage.  Dans les autres cas, il s’agit d’erreurs dues  au choix du flacon ou relatives au nom du  patient. Drugcam® évite ainsi en moyenne  une erreur grave par semaine de production.  L’outil a également permis de comprendre  que 25% des surdosages s’expliquent par  la volonté du préparateur de terminer un  « fond de flacon ». C’est là l’atout du dispositif,  comprendre les erreurs pour prévenir les  suivantes en alertant les préparateurs sur  les mauvaises pratiques. Qui plus est, la  traçabilité permet d’apporter la preuve que  d’éventuels problèmes rencontrés lors d’une  intervention sur un patient proviennent  (ou non) d’une erreur survenue lors de la  préparation. 

L’outil Drugcam® permet ainsi de satisfaire  les 3 premiers des 5B de la règle : administrer  le Bon médicament, au Bon patient, à  la Bonne dose, sur la Bonne voie, au Bon  moment, les deux derniers B pouvant être  assurés par des pompes de chimiothérapie  intelligentes. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.