Time is organ perfusion ! quand le coeur et le cerveau ne répondent plus

Par Dr VIDECOQ Praticien hospitalier, coordination des prélèvements d’organes CHU de Nantes

La transplantation d’organes est un sujet sensible, c’est également une lutte contre le temps, afin de proposer des organes non détériorés aux patients en attente de greffe.
Le problème principal des greffes est le manque de donneurs. En effet, le nombre de donneurs baisse car les progrès de la médecine ont fait diminuer la mortalité.
Il existe trois grandes catégories de donneurs : les donneurs vivants, les donneurs décédés par mort encéphalique (95% des donneurs morts) et les donneurs décédés suite à un arrêt circulatoire (DDAC) (5%). Parmi les DDAC, il existe deux catégories de donneurs. La première, la catégorie Maastricht 2, est autorisée en France pour les dons d’organes depuis 2005. Dans ce cas, les donneurs sont décédés suite à un échec de la réanimation cardiocirculatoire, la preuve du décès est un enregistrement sur 5 minutes d’un électrocardiogramme. Depuis 2015, la deuxième catégorie appelée Maastricht 3, est également autorisée malgré les nombreuses questions éthiques qu’elle soulève. En effet, les donneurs sont des personnes décédées suite au retrait
d’un support vital consécutif à une décision médicale d’arrêt thérapeutique (loi Leonetti sur la fin de vie). Pour améliorer la qualité des greffons, les organes sont alors rapidement reperfusés par Circulation Régionale Normothermique (CRN), ce qui laisse un délai de 4 heures à l’équipe médicale pour prélever le greffon. Cette technique de prélèvement est amenée à se développer car elle permet une reprise fonctionnelle des organes de très bonne qualité.
Ainsi, cette nouvelle technique ouvre la voie vers un nouveau défi : faire voyager les greffons grâce à la reperfusion d’organes ex-vivo via des machines transportables. De nouvelles méthodes sont déjà développées au Royaume-Uni, avec la reperfusion de reins, permettant de reconditionner les organes et d’assurer une meilleure qualité pour le receveur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.