TÉLÉDIALYSE recommandations HAS et retour d’expérience en unités de Dialyse Médicalisées distantes

Par Christophe CHARASSE

Profession : Médecin Néphrologue

www.ch-stbrieuc.fr Centre Hospitalier de Sainte-Brieuc

La télédialyse consiste à mettre en place des communications visuelles et auditives ainsi que la télétransmission de données de dialyse en temps réel entre les unités satellites où sont localisés les patients et l’équipe paramédicale et le centre « référent » où se trouvent les néphrologues.

Elle permet ainsi aux patients d’avoir un traitement à proximité et d’éviter aux néphrologues de se déplacer.

L’intervenant, Mr Christophe Charasse, nous a parlé de la réglementation et des recommandations concernant cette nouvelle méthode et nous a fait part de son retour d’expérience positif.

La réglementation concernant la télédialyse est basée sur celle de la télémédecine et de la dialyse. La loi HPST et les recommandations de l’HAS constituent le socle de la réglementation.

Cette réglementation postule que le personnel soit formé à cette technique, que les informations soient accessibles en temps réel, qu’il y ait une traçabilité, que le réseau marche en continu (une panne de vidéo ou d’audio, ou de télétransmission des données, nuit à la qualité et à la sécurité de ce traitement), que le médecin puisse être contacté en cas d’incident, que les consultations restent confidentielles etc.

Le premier test de télédialyse en France a été effectué au CH de Saint Brieuc en 2001. Cette expérience s’est avérée positive. Elle a montré une performance équivalente à celle de la dialyse conventionnelle. La confidentialité et la sécurité du malade est assurée. De plus, au moindre doute et au moindre problème détecté, un transfert du patient dans une unité de dialyse conventionnelle est prévu.

La télédialyse est utilisée principalement pour les patients qui n’ont pas besoin d’un néphrologue sur place mais qui ne sont pas assez autonomes pour une autodialyse ou qui doivent consulter régulièrement le néphrologue durant leur séance de dialyse.

Cette technique a aussi ses limites. Le néphrologue n’étant pas physiquement à côté du patient, il ne peut ni le palper ni l’ausculter.

Pour conclure, les patients se sont dits globalement satisfaits de cette méthode. Il reste cependant à améliorer l’ergonomie, faciliter l’utilisation du dispositif et diminuer les accidents de communication (coupures vidéo et/ou audio). A l’avenir, on espère que cette méthode améliorera l’accessibilité de certains patients à l’hémodialyse à domicile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.