TÉLÉ-ÉCHOGRAPHIE : MYTHE OU RÉALITÉ

par Dr. Jérôme ROUMY, MD, PhD, Pôle d’imagerie CHU Bretonneau, Tours.

Aujourd’hui, l’échographie représente  50% du budget des actes d’imagerie  en France. La forte demande actuelle,  conjuguée à la diminution de la  démographie radiologique, provoque  un délai d’attente important pour les  patients et limite son accessibilité. 

Pour remédier à ce problème, une solution  est à l’étude : la télé-échographie. Il s’agit  de permettre depuis un site expert (dit  « patient ») la réalisation à distance d’une  échographie. Assisté par un opérateur au  contact du patient, le médecin échographiste  réalise et interprète l’examen en temps réel  sous forme de vidéoconférence. 

Deux procédés sont actuellement utilisés. Le  système Adechotech, composé d’une sonde  intégrée sur un bras robotisé, est positionné  par l’opérateur sur place. Le médecin  effecteur dirige alors les mouvements de la  sonde depuis son cabinet selon 3 degrés de  liberté. Le système Sonoscanner se présente  lui sous la forme d’une sonde robotisée.  L’opérateur déplace alors la sonde sur la zone  à imager et le médecin contrôle l’inclinaison  du faisceau ultrasonore à distance ; cette  solution nécessite obligatoirement un  opérateur entraîné. 

L’étude pilotée par le CHRU de Tours a  pour objectif d’évaluer la capacité d’aide  au diagnostic pour le médecin prescripteur  et la faisabilité technique de ce processus.  Elle repose sur l’analyse de 2 questionnaires  remplis par le médecin échographiste, le  médecin prescripteur et l’opérateur de la  sonde pour chaque patient. Les données  obtenues sont alors aussi bien relatives  au patient qu’à l’examen lui-même.  Une évaluation médico-économique est  réalisée sur la base d’éléments recueillis  concernant la mobilité du patient, son mode  de déplacement et la distance entre son  domicile et le lieu d’examen. Une estimation  des coûts et de moyens sur les bénéfices de  la télé-échographie peut alors être réalisée. Il  faut également tenir compte des contraintes  techniques de cette méthode, notamment la  sécurisation de la transmission des images  ainsi que leur stockage au sein du PACS. 

Deux sites participent déjà à l’étude, équipés  du système Adechotech, avec près de  38 examens réalisés jusqu’ici, et un futur  site utilisant le système Sonoscanner va être  équipé prochainement. Cette étude pourra  conforter la place de la télé-échographie dans  l’évolution du système de santé et permettre  d’en identifier les limites éventuelles. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.