SESSION SRLF : ECMO / ECOO2R

Par Dr Matthieu SCHMIDT et Dr Amélie COUTEAU

Médecine intensive réanimation, Membre de la commission scientifique de la SRLF, CHU Pitié Salpetrière, Paris

Médecine intensive réanimation, CHU Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris

Indications de l’ECMO

L’Oxygénation par Membrane Corporelle (ECMO) est une technique d’assistance cardio-respiratoire d’urgence, effectuant une oxygénation et décarboxylation du sang des patients. Les indications sont variées selon la configuration choisie (veino-artérielle ou veino-veineuse).

L’ECMO veino-veineuse est utilisée comme support respiratoire afin de mettre les poumons au repos, principalement lors du syndrome de détresse respiratoire aiguë sévère. L’ECMO veino-artérielle permet un support hémodynamique en situation d’urgence lorsqu’un patient présente un cœur défaillant. Elle permet de proposer une solution d’attente en espérant une récupération ou un « bridge » vers une transplantation cardiaque. De nombreuses complications de cette technique peuvent potentiellement agraver l’état de ces patients. En effet, dans le choc cardiotonique réfractaire, la survie à un an est de 36%, à cause de complications hémorragiques, infectieuses, et la gravité extrême de ces patients. Dans l’arrêt cardiaque réfractaire, le bénéfice de cette technique est plus discuté et nécessite de futures études.

Indications de l’ECCO2R

L’Expuration Extra-Corporelle du CO2 (ECCO2R) permet d’effectuer une élimination du Dioxyde de Carbone (CO2 ) avec des débits sanguins à moins de 2 L/min . Ce procédé peut être indiqué lors d’un Syndrome de Détresse Respiratoire Aigu (SDRA) afin de promouvoir une ventilation ultraprotectrice. L’autre indication majeure est la décompensation de Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO). On peut retrouver d’autres indications potentielles telles que l’asthme aigu grave ou encore lors d’une transplantation pulmonaire. Différents sites de cannulation ont été proposés permettant un système d’échange avec une membrane où le sang est épuré de son CO2 . Les complications sont principalement liées à la pose du cathéter (lésions vasculaires, tamponnades). L’ECCO2R est actuellement peu utilisée dans les services de réanimation français, principalement en raison du faible niveau de preuve. Néanmoins, des projets d’évaluation sont en cours en Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.