RETOUR D’EXPÉRIENCE sur la gestion d’images au bloc opératoire

Par Hervé JACQUEMOUD

Profession : Ingénieur Biomédical Hospitalier

Hospices Civils de Lyon — Groupement Hospitalier Est

La « gestion vidéo » est un domaine de plus en plus incontournable dans les blocs opératoires. Elle permet l’optimisation de la pratique chirurgicale et l’accès instantané à l’information. Aux HCL, il a fallut définir le besoin d’un point de vue ergonomique, d’affichage, d’enregistrement, de diffusion et du nombre de sources en prenant en compte l’évolution extrêmement rapide des technologies. La principale complexité du projet provenait des contraintes techniques (imposées par les travaux et les standards informatiques) et les contraintes médicales (disparités entre les interlocuteurs médicaux, compréhension des pratiques et attentes médicales).

Deux retours d’expérience sont présentés et les délais courts entre la procédure et l’installation ont imposé un MArché à Procédure Adapté (MAPA) pour le premier (Femme Mère Enfant – 15 salles – coût unitaire approx. = 30 k€ TTC) et un Appel d’Offres pour le second (Bâtiment Médico Chirurgical – 12 salles – coût approx. = 45 k€ TTC). Le choix s’est porté respectivement sur les sociétés ISIS et SONY. Dans les deux cas, toutes les salles sont installées de manière identique avec des systèmes volontairement non captifs devant répondre aux standards informatiques et vidéo. Dans chaque salle, il y a la possibilité de gérer 4 flux vidéo. Ces flux doivent êtres enregistrés (montage vidéo), stockés et indexés (relecture) et doivent permettre la visioconférence ou le streaming (par exemple pour avis du Senior). Il ne s’agit pas d’effectuer de l’archivage (médico légale) mais uniquement du stockage à visée d’enseignement ou autres.

L’interface choisie est simple et opérationnelle, peut être tactile, et doit être parfaitement positionnée en salle. Elle doit être parfaitement choisie et paramétrée en amont. La supervision du bloc se fait à partir d’endroits clés, le but n’étant pas la surveillance mais principalement l’amélioration du workflow. Par ailleurs, il existe une réglementation pour le visionnage des patients et du personnel (déclaration préfecture, affichage/étiquettes sur porte). En ce qui concerne le retour d’expérience, il est important de noter qu’un projet de gestion vidéo pour le bloc opératoire est extrêmement complexe et multidisciplinaire (technique et médicaux). Il est vivement recommandé de collaborer étroitement avec le service informatique et travaux très en amont de l’installation et de bien comprendre et définir les besoins avec les utilisateurs. Il est également nécessaire de porter un soin particulier à la formation du personnel sur le matériel et d’anticiper son fonctionnement en exploitation, par exemple en désignant une personne (du bloc) référente chargée de la gestion locale du système et de ses composantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.