L’INTERNALISATION DE LA MÉTROLOGIE

Nelly DA SILVA
Ingénieur en Biologie – Hôpital St-Antoine, Paris

L’accréditation est un sujet qui est au cœur de l’actualité, et qu’il faut prendre en considération. En effet l’accréditation est devenue une obligation réglementaire depuis l’ordonnance du 13 janvier 2010 relative à la biologie médicale. En 2016, 50% des examens devront être accrédités. Et pour 2020, c’est la totalité des examens qui sera soumise aux exigences de l’accréditation selon la norme NF EN ISO 15189.
Pour satisfaire à ces exigences, la mise en place de l’unité de métrologie doit s’appuyer sur quatre grands axes de travail.
Le premier axe consiste à définir les responsabilités en fonction des différents types d’appareils critiques du laboratoire. Le deuxième axe consiste à internaliser progressivement la métrologie des équipements critiques, en effectuant l’étalonnage en interne. Il faut pour cela respecter l’exigence technique de la norme ISO 17025, et trouver des solutions aux contraintes géographique et de délai. En ce qui concerne le troisième axe, il a pour but de confirmer des méthodes d’étalonnage réalisées en interne. Le dernier axe consiste à former, habiliter, et responsabiliser le personnel de l’unité de métrologie.
La création de cette unité de métrologie permet la mise en place d’une gestion et d’un suivi efficaces vis-à-vis des exigences métrologiques des équipements critiques. Cette dernière à pour objectif à long terme à mettre en place la traçabilité des conditions de transport des prélèvements, ainsi que la mise en place de l’étalonnage des pipettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.