L’INTÉRÊT DU CONE BEAM PRÉOPÉRATOIRE : L’EXPÉRIENCE DU CHU DE BESANÇON

Par Pr Christophe MEYER

Professeur et chef de service de chirurgie maxillo-faciale, CHRU Besançon

La chirurgie maxillo-faciale est un domaine complexe nécessitant une grande précision pour opérer. L’imagerie 2D est insuffisante et l’opérateur a alors besoin d’une navigation préopératoire. Le cone beam (tomographie volumique à faisceau conique) est alors une solution. C’est une technologie récente qui tend à s’améliorer bien que présentant déjà des aspects très intéressants.

La technique consiste à déclencher un faisceau de rayons X conique et le détecter numériquement. Une rotation autour du patient est effectuée (180 à 1024 images 2D réalisées) puis à l’aide d’une reconstruction multi-planaire en 3D, un fichier DICOM est obtenu. Cette méthode permet donc d’être plus précis, moins irradiant et moins cher qu’un scanner. Le cone beam est indiqué pour les tissus minéralisés tels que les os mais il ne permet pas de calculer une densité ce qui n’apporte que peu d’intérêts pour les tissus mous. Jusqu’à maintenant l’appareil était non mobile.

Cependant au CHRU de Besançon, le XCat ENT (produit par Xoran Technologies) est un appareil de cone beam mobile et compact. Il possède un grand champ en plus de réaliser une acquisition rapide. Les images fournies sont alors de grande qualité. L’appareil est utilisable en préopératoire afin de confirmer une ostéotomie maxillaire. En salle opératoire, le cone beam permet de réaliser les dernières analyses sur les lésions. Il est aussi utilisé afin de suivre l’avancement de l’intervention et d’évaluer s’il y a une complication afin de réagir efficacement. En fin d’opération, il permet de constater immédiatement si l’opération a été effectuée sans complications afin d’éviter de faire revenir le patient pour une nouvelle intervention. Cela contribue à diminuer le nombre d’imageries effectuées et à faire des économies au sein du service radiologique.

C’est donc une technique très utile dont ont déjà profité seize patients en deux mois d’utilisation dans le CHRU de Besançon. Il possède cependant certaines limites puisqu’il est utilisable uniquement pour les tissus durs, il faut prévoir en avance son utilisation, la taille du portique est trop courte pour imager les épaules (ce point est en cours d’amélioration) et le champ de vue (FOV) est limité par la taille du capteur. Cependant le cone beam mobile permet de transformer une salle conventionnelle en une salle hybride, ce qui constitue une réelle avancée technologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.