LE PATIENT DEBOUT : POURQUOI ALLER AU BLOC OPÉRATOIRE À PIED ?

Par Dr Catherine GAY

Chef du Service Gynécologie, CH Belfort

Les services de chirurgie mammaire carcinologique se sont rendus compte que de nombreuses patientes restaient hospitalisées la nuit suivant l’opération sans aucune perfusion ni aucun soin. Une réflexion sur l’évolution de la prise en charge de ces patientes a alors été faite : le patient debout au bloc opératoire.

La mise en place d’un tel projet a nécessité un centre de référence et une démarche pluridisciplinaire au sein de l’établissement regroupant les cadres de santé, chirurgiens, anesthésistes, brancardiers, hygiénistes, qualiticiens… Les idées déjà établies depuis des années peuvent parfois être difficiles à faire évoluer mais le gain pour le patient est réellement présent.

La patiente, vêtue d’une tenue jetable composée d’un tee-shirt et d’un pantalon, se dirige vers le bloc opératoire en compagnie d’autres patientes et d’un brancardier. De plus, la patiente peut garder ses prothèses (auditives, capillaires, dentaires) et effets personnels sur elle jusqu’à l’entrée en salle d’opération. C’est uniquement une fois endormie que les chirurgiens vont retirer le vêtement pour accéder à la zone d’intervention puis le remettre pour que la patiente soit habillée lors de son réveil. Les prothèses quant à elles leurs sont restituées en salle de réveil. La patiente devient donc actrice et autonome durant son hospitalisation tout en gardant sa dignité et respectant son intimité, l’acte est alors dédramatisé et les délais d’attente réduits. Ce projet a mis en valeur le métier de brancardier et fluidifié le bloc opératoire en réduisant les manutentions et favorisant la communication. Ce nouveau circuit au bloc opératoire permet un gain de temps et financier, ainsi qu’une amélioration et simplification des règles d’hygiène puisque le nombre de transferts et donc de contacts est réduit.

En retour d’expérience, 90% à 100% des patientes sont conquises par la relation « face à face » avec le personnel soignant et 99% d’entre elles ne regrettaient pas d’être allées au bloc opératoire à pieds. De plus, ce principe permet d’alléger les drogues anesthésiques et de réduire le temps de réveil. Le point fort de ce parcours de soin reste le respect de l’intimité et de la dignité de la patiente. La forte adhésion et satisfaction du patient permettent de concrétiser ce projet et ouvre la discussion à ce type de pratique pour d’autres services que la chirurgie mammaire carcinologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.