LE BIOMÉDICAL ET L’INFORMATIQUE

Alban PELLEGRINO
Ingénieur biomédical – Centre Hospitalier de Gonesse

Le monde industriel oriente depuis plusieurs années ses développements vers l’interopérabilité de leurs systèmes.
Le domaine de la santé ne fait pas exception à cette tendance et chaque année, le secteur biomédical voit son lot de nouveautés en terme d’interopérabilité avec les Systèmes d’Information Hospitaliers (SIH). Si le personnel de santé trouve, à terme, un attrait séduisant dans l’efficience de leurs tâches quotidiennes (administratives, organisationnelles…), l’intégration des systèmes biomédicaux peut s’avérer rapidement difficile pour les équipes biomédicales et informatiques si elle n’est pas convenablement réfléchie en amont par les différents acteurs concernés.
Le centre Hospitalier de Gonesse a lancé depuis plus de 5 ans une réflexion dans ce domaine pour favoriser les échanges entre le Service Biomédical et le Système d’Information et mettre en place une politique organisationnelle commune. Cette organisation a un double enjeu : partager les différentes cultures entre les services et préparer l’organisation humaine et technique dans le cadre de son projet de Nouvel Etablissement. A ce niveau, les besoins de l’hôpital se résument en quatre termes ; gérer, sécuriser, maintenir et rapprocher. Mettre en place un référent bio-informatique et un référent de maintenance s’avère important pour une bonne organisation. Techniquement, différentes possibilités sont proposées telles que l’intégration mono marque avec une interface pour plusieurs appareils de même marque, intégration par EAI biomédical, intégration par famille d’équipements ou encore avec un logiciel métier. Sans imaginer une solution idéale, ces propositions présentent d’un côté un certain nombre d’inconvénients surtout qu’il s’agit d’un projet pluridisciplinaire. D’un autre côté, leurs avantages ont un impact important sur la qualité : gain du temps sur le déploiement, meilleure programmation de projets à l’échelle de l’établissement et compréhension d’enjeux globaux.
Le Système d’Information n’est pas un moyen direct de production dans le milieu hospitalier, mais il contribue activement à l’amélioration de son activité et son rendement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.