LASER FEMTOSECONDE POUR CHIRURGIE DE LA CATARACTE

Cédric SCHWEITZER, Praticien hospitalier au service d’ophtalmologie – CHU de Bordeaux

La cataracte est une opacification progressive du cristallin, liée à l’âge. Cette pathologie est la  première cause de cécité dans le monde et représente donc un problème de santé publique. En  2020, on estime à 40 millions le nombre de personnes aveugles à cause de la cataracte. Le coût de  prise en charge d’une cécité est supérieur au coût global de prise en charge chirurgicale. Ainsi, en  France, 668 277 actes ont été effectués (2010) pour un coût annuel de 900 millions d’euros pour la  sécurité sociale. 

Actuellement, la technique utilisée pour traiter la cataracte est la phacoémulsification. Le laser  femtoseconde apporte une nouvelle technologie chirurgicale, les incisions laser étant beaucoup plus  précises et reproductibles par rapport à un acte manuel. De plus, le taux d’endophtalmie attendu est  plus faible. Le laser femtoseconde interagit avec les tissus par ionisation moléculaire. On observe la  formation d’un plasma suivi d’une bulle de cavitation entraînant une photodisruption tissulaire. La  longueur d’onde utilisée est de 1000 nm et la durée d’impulsion va de 200 à 800 femtosecondes, ce  qui entraîne très peu de dommages collatéraux étant donné la brève durée d’impulsion. Une  association de plusieurs impacts a pour conséquence une découpe en timbre-poste. 

Cette technologie aboutit à trois challenges. Premièrement, le système d’imagerie qui peut être de  type OCT (Time domain ou Spectral domain) ou 3D-CSI. Deuxièmement, le système d’interface œil machine pour immobiliser l’œil, par aplanation ou par interface liquidienne. Troisièmement, le  faisceau laser dont la performance dépend du degré d’ouverture numérique, de l’espacement des  spots, de l’énergie et de la durée du spot. On note donc de nombreux avantages pour la technologie par laser femtoseconde en comparaison  avec la technique actuelle de phacoémulsification. Les incisions cornéennes et capsulorhexis sont  plus fiables, reproductibles et de taille adaptée. L’extraction de la cataracte est facilitée et la  prédictibilité réfractive est meilleure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.