LABORATOIRES DE BIOLOGIE ET GHT

par Raphaël BOGUILLON Ingénieur qualité CH de La Rochelle  etXavier GAUTIER Cadre de santé CH de La Rochelle

Dans le cadre des Groupements  Hospitaliers de Territoire (GHT) et de  l’enjeu important d’accréditation des  laboratoires de biologie médicale, le  GHT Atlantique 17 a décidé de mettre  en place un laboratoire commun multi-sites. Entre La Rochelle et Rochefort,  celui-ci prend la forme d’un Groupement  de Coopération Sanitaire (GCS), le  laboratoire Charente-Maritime Nord. 

Cette mise en place a été favorisée par  l’existence d’une direction commune entre  ces deux hôpitaux, de fonctions supports  communes, telles que le service biomédical  et les échanges préexistants entre les sites  (back-up). Ce laboratoire commun a permis  entre autres la réorganisation des activités,  l’harmonisation du parc des automates  et des pratiques, le partage d’activités,  une optimisation économique et surtout une  accréditation unique. Ce nouveau mode de  fonctionnement a été instauré selon une  démarche qualité commune traduite par  un plan d’action, une gestion documentaire  ainsi qu’une dynamique d’organisation  communes. 

L’élaboration de cette activité inter-sites  a notamment engendré plusieurs  changements au niveau du système  d’information. Par exemple, le déploiement  d’un nouveau middleware permet d’assurer  la centralisation et la validation multi-sites  des résultats d’automates, une gestion des  contrôles qualité harmonisée, la gestion du  colisage inter-sites (visualisable en temps  réel avec un suivi de la température des  échantillons), la traçabilité des opérations de  maintenance ainsi que la mise en place d’une  messagerie intra et inter-sites permettant de  favoriser les échanges. Cette réorganisation  a aussi impacté la gestion des ressources  humaines. Une partie du personnel est à  présent mise en commun et les nouveaux  contrats sont désormais multi-sites. 

Le laboratoire Charente-Maritime Nord  a aujourd’hui d’autres perspectives  d’évolution : l’accréditation à 100%,  la réintégration de certaines analyses  sous-traitées, la ré-internalisation  d’analyses de sites annexes ou encore  l’optimisation de son activité (pertinence  des soins, développement des consultations  externes). Cette organisation commune de  l’activité de biologie médicale s’inscrit dans  une optique favorable de centralisation des  fonctions permettant d’offrir aux patients  l’offre de soins la plus adaptée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.