LA VENTILATION EN 2014 : VENTILATEURS D’ANESTHÉSIE

Nicolas BRECHOT
CCA Réanimation Médicale – Hôpitaux Universitaires Pitié Salpêtrière, Paris
Jean-Louis BOURGAIN
Service d’Anesthésie – Institut Gustave Roussy, Villejuif

Le respirateur d’anesthésie est un appareil contrôlant électroniquement la ventilation du patient. L’unité d’anesthésie utilise le plus souvent des ventilateurs caractérisés par une bonne capacité à passer de la ventilation spontanée à la ventilation contrôlée, ainsi qu’ayant une délivrance de vapeur halogéné et hypnotique. De nos jours, les ventilateurs d’anesthésie disposent presque tous de l’aide inspiratoire très utile lors de l’induction et du réveil du patient. La ventilation mécanique destinée à suppléer ou remplacer une ventilation inefficace est un élément indispensable dans l’oxygénation du patient.
Les ventilateurs disposent de différents modes intégrés. Le mode standard est indispensable du fait qu’il contient l’ensemble des données relatives au patient. Le mode de pression contrôlé conditionne le volume de courant délivré, ce qui permet une meilleure gestion en cas de fuites et une pression d’insufflation plus basse.
Le système de délivrance des mélanges gazeux composés d’oxygène, d’air et de protoxyde d’azote (gaz relâchant la tonicité musculaire) a bien évolué ces dernières années avec un contrôle de la quantité de gaz administrée ainsi que la concentration expirée. D’un point de vue médico-économique, cela contribue à une optimisation de la cinétique et à une diminution de la consommation de ces substances.
La sécurisation de la ventilation est une priorité des praticiens. Celle-ci passe par une gestion parfaite et raisonnée des alarmes visant à prévenir les risques d’apnée et de barotraumatisme .
Selon les praticiens, les besoins en termes de ventilation peuvent varier notamment avec le choix des modes, ce qui amène l’ingénieur biomédical a travailler en collaboration avec le référent clinique afin de trouver une configuration adéquate aux besoins.
En conclusion, la protection du patient, la ventilation spontanée au quotidien ainsi que la gestion des alarmes doivent être les priorités des praticiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.