LA CENTRALISATION DE L’ENSEMBLE DES ECG PRODUITS

Par Robin GIGLEUX

Ingénieur biomédical, CHU Strasbourg

Cette problématique est abordée à travers un retour d’expérience mené par le CHU de Strasbourg afin de dématérialiser tous les ECG produits. L’objectif était d’atteindre le zéro papier pour un acte plus que courant dans le milieu médical et ce, tout en faisant attention à la large diffusion de cet examen avec un minimum de contraintes et de clics afin de ne pas rendre cet acte chronophage pour le personnel. De plus, il ne fallait pas se lier à un seul fournisseur afin de ne pas en dépendre. En effet, les fonctionnalités peuvent être très riches et intégrer différentes méthodes de gestion de l’identité. Cependant, le format propriétaire de l’ECG en fait un point très faible, que se passe-t-il en cas de changement de fournisseur ?

La question de la numérisation du tracé (via numériseur) s’est alors posée, mais le problème majeur est le temps moyen d’intégration (5 à 8 min/ECG) et au final la visualisation uniquement d’un document PDF. Le choix s’est porté sur une solution «neutre» qui s’appuie sur des PACS ou MACS existants au travers du protocole DICOM. Cette solution fut retenue dans le cahier des charges tout en prenant en compte la nécessité de pouvoir sauvegarder des tracés sur une longue durée, de pouvoir modifier l’affichage (amplitude, temps) et d’effectuer des mesures directement sur l’écran.

La mise en place s’est ensuite déroulée en trois étapes. Tout d’abord, l’identité du patient : elle ne peut pas se faire manuellement car les champs patient doivent provenir du système interne et être automatisés au maximum tout en gardant une possibilité de manuel pour les patients en urgence. Cet envoi est effectué via la worklist DICOM. En ce qui concerne l’envoi du tracé il est également généré au format DICOM. Enfin, l’affichage des tracés a été réalisé au travers d’un viewer spécifique qui réalise un DICOM Query/Retrieve des tracés afin de pouvoir le modifier, le comparer et réaliser d’éventuelles mesures.

L’accès aux tracés est possible aux travers de liens contextuels des différentes applications utilisées par le personnel (dossier patient, anesthésie, réanimation…) et aujourd’hui le bilan est plutôt positif, la solution a connu une bonne adhésion des utilisateurs, la réalisation se fait en 5 clics et 50 ECG sont déployés dans le centre. Malgré quelques manques tels que l’impossibilité d’ajouter des conclusions sur le tracé et la nécessité d’une bonne couverture Wi-Fi, l’ECG DICOM, ça fonctionne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.