Intégration des équipements biomédicaux dans le système d’information : rôles et responsabilités

Par Olivier Loutrel, anesthésiste, directeur du centre des ressources opératoires, CHU de Nantes • Vincent Le Fol, chef de projet à la direction des systèmes numériques, CHU de Nantes • Damien Le Tutour, ingénieur biomédical, CHU de Nantes

Cette intervention effectuait un retour d’expérience concernant le projet Ulysse, qui a pour but l’informatisation du dossier patient pour le CHU de Nantes, dans le cadre du regroupement de l’hôpital dans l’île de Nantes.
Les objectifs de ce projet étaient divers, mais liés à la connectivité des équipements biomédicaux aux CHU. Tout d’abord, une demande des services d’être connectés (Réanimation, Imagerie, …), puis le projet d’un dossier patient informatisé et enfin la création d’un dossier de soins commun et transversal.
Au niveau de l’expression du besoin, l’idée était d’abord d’établir une liste de priorités d’équipements à connecter, l’état des lieux et les solutions métiers.
Après l’état des lieux, il fallait avoir une vision représentative pour cerner les impacts. La solution est le bus biomédical unique qui centralise les données. Cela nécessite des modifications d’infrastructure, une ouverture de points de réseau et une
contrainte de sécurité (pare-feu). Il faut également uniformiser les versions des logiciels rattachés aux DM.
Pour ce qui est de connecter les DM, il est nécessaire de structurer les actions, à savoir effectuer un état des lieux, s’appuyer sur un calendrier afin d’avoir des deadlines de connexion des DM, prioriser cette action par rapport aux besoins des services, arbitrer, prendre la décision et communiquer pour enfin mettre en œuvre la connexion du DM. Tout ce qui s’effectue en amont est primordial à la réussite d’un tel projet. Il convient également de bien découper le rôle du biomédical et informatique pour la question de la maintenance de ces équipements. La clé est une entente et une bonne communication entre ces deux services.
Dans le cadre du CHU de Nantes, la fin du projet est prévue pour 2018.

Questions :

Qu’en est-il de la qualité de l’information que vous transférez ? Qui modifie l’information si elle est mauvaise ? C’est le médecin ou le soignant qui prend la décision. L’information transmise dans le dossier patient nécessite l’évaluation de la donnée patiente. Il est possible de modifier cette information manuellement.
Quel choix de dossier : spécialisé ou transversal ? Après évaluation des avantages et inconvénients, le choix s’est porté sur un dossier patient transversal et intégré (initialement, les médecins souhaitaient garder leurs dossiers par spécialité) au vu des bénéfices apportés.
Maintenance : Définir le périmètre d’intervention, quels choix ont été pris ? Une bonne répartition des compétences permet la meilleure prise en charge des dysfonctionnements. Lors d’un problème, l’information de la panne est relayée à un guichet unique d’intervention, qui définit où est le problème puis prévient les équipes compétentes. Par exemple, lorsqu’il s’agit d’un DM, on appelle le service biomédical mais pour tout ce qui touche au réseau et aux logiciels, c’est le service informatique qui est prévenu.
Qui paie les connexions ? Concernant le projet « Ulysse », les connexions étaient facturées sur le budget commun alloué et la question ne s’est donc pas posée. Le but de l’équipe biomédicale est de récupérer toutes les données du dossier patient. Le service informatique s’est donc procuré les équipements nécessaires à la mise en place de l’infrastructure réseau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.