INTÉGRATION des différentes techniques d’électrophysiologie en salle cardiologique interventionnelle

Par Philippe Mabo

Profession : Professeur CHU de Rennes

L’électrophysiologie est l’évaluation de l’activité électrique cardiaque de l’homme grâce au recueil de signaux électriques à l’aide d’électrodes intracardiaques. L’intervenant nous a expliqué l’évolution des techniques jusqu’à aujourd’hui.

Autrefois, il n’y avait que deux outils de diagnostic en électrophysiologie: la baie d’électrophysiologie et la fluoroscopie. La seule thérapie qu’on effectuait grâce à ces appareils de diagnostic était l’ablation endocavitaire simple. L’ablation s’effectuait et s’effectue encore avec des cathéters et un générateur radiofréquence, qui permet de corriger les anomalies de l’activation électrique du cœur. De nouveaux outils comme la cartographie 3D, l’échographie intracardiaque, les robots chirurgicaux ont été créés et permettent de traiter des cas plus complexes et de limiter le recours à la Fluoroscopie, technique irradiante.

La cartographie 3D permet de visualiser en 3D les actions chirurgicales en temps réel. Le système de cartographie ENSITE, lui, permet en plus d’avoir une cartographie sans contact de cathéter sur un seul battement cardiaque et ainsi éviter que le patient reste trop longtemps en tachycardie. Le système Cartomerge quand à lui permet de fusionner les images acquises avant et lors de la procédure interventionnelle.

Les robots 3D permettent une meilleure précision et une plus grande reproductibilité des actes. Deux systèmes, Stéréotaxies et Hansen sont actuellement disponibles.

Pour conclure, l’intégration de ces différentes techniques dans une salle de cardiologie interventionnelle permet un meilleur soin.

Cependant, les établissements peuvent avoir quelques difficultés à intégrer ces techniques. Les nouveaux outils sont performants mais très chers. Il faut également qu’ils soient compatibles entre eux et avec d’autres outils de l’établissement déjà installés, comme le PACS par exemple. De plus, la salle de cardiologie interventionnelle doit être de taille suffisante.

L’ingénieur biomédical, partenaire incontournable dans l’élaboration et la mise en œuvre d’un tel projet, doit aussi prendre en compte le fait que ces techniques sont en constante évolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.