Innovations et Ingénierie frugale en santé : comment concevoir un DM mieux avec moins ?

Par Armand MEKONTSO DESSAP, Chef du service de médecine intensive, réanimation, Hôpital Henri Mondor et Directeur du Groupe de recherche clinique CARMAS, Université Paris Est Créteil

Pour cette session, le Pr DESSAP nous propose de prendre un peu de recul sur l’organisation du système de soins à l’échelle globale et sur le fonctionnement de l’innovation, notamment dans les pays du Nord. En effet, dans la majorité des unités de soins critiques à travers le monde, il y a des ruptures de stock, des défaillances de matériel et de nombreuses situations où le personnel n’est pas formé à utiliser des dispositifs complexes et sophistiqués. Même si des ressources sont allouées pour acquérir du matériel moderne, celui-ci est complètement inadéquat à un fonctionnement sous de fortes contraintes.

Il faut donc se poser la question : quel est le moteur actuel de l’innovation biomédicale ? Bien que le terme soit fort, le Pr DESSAP avance l’hypothèse du « Biotechwashing » qu’il assimile à une forme de « Greenwashing » pour l’innovation. La conception du dispositif est parfois déconnectée de son but premier mais présente en général un haut niveau de technicité, dont le monde médical est très friand. On joue donc sur le désir des médecins, et le but fondamental, c’est-à-dire le besoin du patient, n’est pas forcément l’enjeu principal. Il s’agit de l’innovation conventionnelle qui s’intéresse à la complexité du dispositif, à sa sophistication et à sa désirabilité. Dans cette stratégie, le prix a tendance à s’envoler et le dispositif s’adresse à un segment très réduit de malades. L’innovation frugale, proposée ici comme alternative à ce mode de fonctionnement, est focalisée sur le besoin du patient, cherche une haute performance et, en conséquence, est dépouillée du superflu, ce qui abaisse considérablement le prix.

Le coût bas n’est qu’une conséquence de la focalisation sur un besoin précis : on va très loin sur les fonctionnalités centrales du dispositif. L’autre intérêt de l’innovation frugale est son approche des contraintes. Quand, dans l’innovation conventionnelle les contraintes sont un obstacle, l’innovation frugale y voit une opportunité de mieux innover, d’aller plus loin, et apporter une meilleure solution au besoin.

De ce point de vue, elle a un fort potentiel disruptif : en pensant autrement, en centrant la conception sur le besoin, elle a le potentiel de dépasser l’existant. Enfin, elle a une vocation par nature globale, présente de nombreuses externalités positives, notamment la sobriété et l’équité sociale et environnementale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.