IMPRESSION 3D EN CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE

Par Pr Narcisse ZWETYENGA

Chirurgien maxillo-facial, CHU Dijon

Depuis 1990, l’impression 3D est utilisée pour établir des reconstructions 3D visuelles. Depuis, elle a conquis d’autres domaines dont la chirurgie reconstructrice. La première étape de l’utilisation de l’impression 3D en chirurgie reconstructrice est l’obtention des données par imagerie IRM notamment, et au format DICOM. Ces données sont ensuite exploitées par des logiciels de reconstruction 3D pour obtenir des images concrètes. Les matériaux utilisés pour l’impression à l’hôpital sont essentiellement des thermoplastiques, alors que les prestataires externes préfèreront souvent les céramiques et métaux. Le coût d’acquisition d’une imprimante 3D se situe entre 2000 et 3000€, et le coût d’une bobine se situe autour de 30€, et elle peut servir pour une dizaine de patients.

On peut ainsi imprimer la face entière, ou juste la zone d’intérêt. Cela permet une planification préopératoire précise quand l’opération s’annonce complexe, offrant une réelle vision spatiale et permettant une réflexion poussée, mais aussi une assistance durant l’intervention. L’idée est de fabriquer des implants sur-mesure pour le patient, avec un accompagnement incluant l’information et le consentement éclairé de celui-ci. Par exemple, dans le cas d’une fracture du sinus frontal, on peut simplement procéder à une incision dans le cuir chevelu et insérer un substitut osseux imprimé sur mesure ; le patient s’en remet très rapidement. Les durées de l’intervention et de l’anesthésie sont réduites, donc les risques liés le sont aussi. Il est aussi intéressant d’utiliser ce moyen comme outil pédagogique, car il permet une acquisition rapide des connaissances et une amélioration des compétences, bien que la couleur et la consistance des modèles imprimés diffèrent de celles des tissus humains.

L’idéal vers lequel tend la chirurgie reconstructrice aujourd’hui est celui de faire du sur mesure le standard systématique pour chaque patient, avec une prise en charge et un accompagnement personnalisés. Les prothèses sur mesure offrent un meilleur fonctionnement, une meilleure esthétique et une meilleure pérennité pour le patient. Il est cependant important de prendre en compte les délais et les coûts liés à de telles techniques, pouvant aller de 2000 à 12000€ selon le type de reconstruction. Elles annoncent cependant une réelle transformation dans la pratique chirurgicale de reconstruction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.