Impression 3D dans le domaine de la santé

Par Mélanie Renard, Rédactrice en chef, 3Dnatives

L’impression en 3D est déjà très présente chez certaines industries et se développe fortement dans le domaine de la santé. Elle permet notamment de produire des pièces avec une grande précision. Il est également possible de gagner fortement en légèreté et de limiter les pertes de matériaux en calculant au plus juste la forme et la matière nécessaires. C’est pourquoi cette technique est déjà utilisée dans les domaines de l’aviation, de l’automobile et de la mode. Toutefois le processus d’impression en 3D reste long.

Pour le médical, 4 types d’applications ressortent. Premièrement, l’impression 3D peut permettre de fabriquer des implants dentaires. Plusieurs matières peuvent être utilisées pour parvenir au meilleur résultat. La deuxième pratique est la création d’outillage. Il est désormais possible d’imprimer des objets médicaux entiers en 3D. Le troisième usage de l’impression 3D est la fabrication d’orthèses ou de prothèses. En effet, elle permet une grande liberté de création. Cet avantage est particulièrement intéressant pour les enfants. Ils peuvent ainsi posséder une prothèse sur-mesure et personnalisée, qui les aide à se démarquer et leur donne quelque chose en plus par rapport à leurs camarades. L’association E-nable a rapidement identifié tout le potentiel de l’impression 3D et met en relation des enfants en attente de prothèse et des « makers » pour leur offrir la solution qui changera leur vie.

Enfin, la dernière application de l’impression 3D dans le domaine de la santé est la modélisation anatomique. On estime que d’ici 2021, 25% des chirurgiens pratiqueront sur des modèles anatomiques sur-mesure. Pour cela, le patient est scanné, l’organe modélisé en 3D puis imprimé. Le gain pour le chirurgien est énorme. Il peut ainsi s’entraîner sur le geste à réaliser ce qui réduit les risques et les temps d’opération. Par exemple, la société française Biomodex est capable d’imprimer des organes dans une matière identique aux tissus humains. L’expérience est donc très réaliste.

Pour conclure, l’impression 3D pourrait à l’avenir révolutionner la médecine avec l’utilisation de biomatériaux. Il serait alors possible d’imprimer des organes comme un cœur artificiel. Mais avant cela, il reste à surmonter les questions techniques et éthiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.