IA en Santé, l’approche de Microsoft

Par Antoine DENIS, Directeur Innovation et Développement santé, Microsoft France

Si Microsoft s’est démarqué mondialement dans le développement, la vente des systèmes d’exploitation, des logiciels et des produits matériels dérivés, son apport dans le domaine de la santé peut surprendre et interroger. Microsoft n’est pas un acteur principal de l’industrie médicale. L’entreprise souhaite, cependant, être une plateforme support de confiance pour les données de santé. Son but, proposer une meilleure collaboration des professionnels de santé afin de créer une routine clinique, une facilité d’accès, de modification, de gestion et ainsi obtenir un gain de temps significatif dans le traitement des patients.

Face au vieillissement de la population et à l’augmentation de la fréquence des pathologies chroniques, le temps d’intervention des professionnels de santé est plus que jamais compté. Ces derniers n’ont plus le temps de traiter les patients comme ils le faisaient par le passé. L’urgence et la précipitation sont devenues des éléments quotidiens des professionnels de santé impliquant la nécessité de soigner différemment. C’est à ce stade que l’aide de l’Intelligence Artificielle (IA) donne des solutions et donne à Microsoft la possibilité d’apporter ses idées.

La France est très enthousiaste pour le déploiement de solutions concernant l’IA. Son organisation centralisée autour des CHU ou de l’APHP en fait un potentiel de données de santé précieux. Certaines de ces données que l’on pensait inutiles, inexploitables pourront, grâce à l’IA du service Cloud Microsoft se révéler intéressantes. Cependant, l’hébergement des données de santé en France grâce au Cloud Public Microsoft Certifié ne pourra se faire que si les difficultés organisationnelles et juridiques sur l’IA, empêchant l’exploitation totale du potentiel évoqué, sont levées. Outre les questions de protection des données de santé, les interrogations d’ordre juridiques ne permettent pas, à l’heure actuelle, des expérimentations et phases d’industrialisations d’une telle structure dont la France pourrait profiter.

Si l’on parvient à développer ces multiples applications que propose Microsoft, l’IA pourrait ainsi aider les cliniciens dans les diagnostics et le traitement, mais aussi les acteurs du monde de la santé à renforcer leur rendement et obtenir un important gain de temps dont on ne peut plus se passer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.