GUIDE DES BONNES PRATIQUES en radioprotection et contrôle qualité

Par Maurice PAGE & Vincent FRANCHI

Profession : Ingénieur biomédical & chargé d’affaire / Radiothérapie externe

L’ingénieur biomédical apparaît comme étant le leader dans le processus d’achat et d’installation des dispositifs médicaux. Il est le gestionnaire des contrats de maintenance mais aussi des contrats signés pour la réalisation des contrôles de qualité externe. Il occupe maintenant une place clé de « facilitateur » de la radioprotection. D’ailleurs, la réglementation le rend responsable du choix de l’organisation retenue pour s’assurer de l’exécution de la maintenance et des opérations de contrôle qualité des équipements biomédicaux. Trois principes doivent être respectés : le principe de justification (avantages procurés doivent êtres supérieurs aux risques générés), le principe d’optimisation et le principe de limitation. Les équipements doivent répondre à certains critères tels que porter le marquage CE ou comporter un dispositif permettant à l’utilisateur d’être renseigné sur la quantité de rayonnements émise.

L’ingénieur biomédical doit s’assurer que des contrôles de radioprotection soient effectués. Pour cela, il est aidé par une Personne Compétente en Radioprotection (PCR). Ce dernier est désigné par le chef d’établissement. Sa mission ne touche que la protection du personnel et sa formation à la radioprotection. Sa présence en interne est obligatoire. Le service biomédical est également entouré par une Personne Spécialisée en Radiophysique Médicale (PSRPM) pour réaliser les contrôles qualité des équipements émettant des rayonnements ionisants. Cette personne concoure plus à une radioprotection des patients. Elle est de plus spécialisée en dosimétrie, optimisation et assurance qualité. L’ingénieur biomédical et la PSRPM échangent mutuellement leurs informations afin de favoriser l’optimisation des doses délivrées aux patients. Cela passe par une implication plus importante du personnel.

L’ASN (organisme traitant des effets des rayonnements ionisants sur la santé des populations) a relevé des insuffisances dans le respect de cette législation ce qui a conduit à l’écriture d’une Bonne Pratique en Ingénierie Biomédicale de la Radioprotection. Celle-ci indique le rôle clé de l’ingénieur biomédical de par son positionnement transversal au sein des établissements de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.