GHT : témoignages et table ronde

par Damien PRÉVOST, Joël DELODE, Laurent SEVESTRE, Thierry LEFEBRE, Philippe TAPPIE , Isabelle CHARLES

Les Groupements Hospitaliers de Territoire  (GHT) ont été définis en 2016 par la loi  santé. 

Il s’agit d’une stratégie menée par les  établissements publics ayant pour objectif  l’optimisation du parcours patient. Pour cela,  la mutualisation des fonctions supports est  primordiale. Plusieurs ingénieurs biomédicaux  nous font un retour d’expérience sur la mise  en place de cette structure. 

De manière générale, tous s’accordent à dire  qu’une direction commune facilite la prise  de décisions. Il est également nécessaire  de déployer une Gestion de Maintenance  Assistée par Ordinateur (GMAO) unique car  cela permet d’avoir une vue d’ensemble des  équipements du parc et améliore la réactivité  sur les interventions de maintenance.  Pour le GHT Atlantique 17, les techniciens  biomédicaux ont tous reçu une formation  identique pour être capable d’intervenir sur  l’ensemble des sites hospitaliers. De même  au GHT Vendée, la transition a été axée sur la  maintenance, permettant de structurer par  la suite les achats des dispositifs médicaux. 

Cependant, les obstacles à la mise en oeuvre  des GHT sont nombreux. En effet, les priorités  de gestion de chaque centre sont différentes. 

De même concernant les stratégies  d’achat des CH de La Rochelle et de  Rochefort : historiquement rivaux, ces  établissements doivent à présent travailler  ensemble. La distance séparant les  différentes composantes du GHT est une  difficulté supplémentaire à surmonter.  Il faut donc s’assurer que le personnel soit  prêt à être déployé sur tout le périmètre  du GHT. 

Du point de vue des fournisseurs, les  marchés se compliquent également. Du  fait d’une gestion commune des achats, le  nombre de clients se réduit, poussant les  fournisseurs à se montrer plus compétitifs.  Laurent Sevestre, Ingénieur Biomédical et  gérant de la société Up to Date, évoque un  regroupement des prestataires comme piste  d’évolution afin de répondre aux besoins des  GHT. 

En résumé, la mise en place des GHT impose  une gestion commune de la maintenance  via une GMAO unique afin de favoriser la  programmation des investissements. Les  ingénieurs biomédicaux doivent adopter  une vision territoriale de l’exercice de  leur fonction et tenter d’être acteurs des  changements, plutôt que spectateurs.  Enfin, l’assurance qualité peut jouer le rôle  de vecteur d’harmonisation entre tous les  établissements d’un GHT. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.