Gestion de la file active, Optimisation de la planification des patients

Par Frederik Crop, Centre Oscar Lambret

La gestion de la file active, aussi appelée « workflow » est un axe primordial d’optimisation du fonctionnement d’un service de radiothérapie ou d’un hôpital. Les exemples et théories présentés sont basés sur le livre « Factory Physics » et adaptés au cas d’un flux de patients.

Toute la complexité dans l’organisation du flux patient est d’anticiper et de contrôler la forte variabilité du flux. En effet, les facteurs humains tels que le temps d’examen, l’heure d’arrivée des patients et par conséquent le temps d’attente n’est jamais parfaitement maîtrisé. Un des indicateurs souvent utilisé pour caractériser l’efficacité d’un service est le taux d’occupation machine. Celui-ci est généralement comparé à un indicateur représentatif de la qualité des soins : le temps d’attente moyen du patient.
Ainsi, toute gestion de flux patient résulte d’un compromis entre temps d’attente moyen, occupation machine et nombre de patients par heure.

Les simulations étudiées mettent également en évidence l’impact des pannes d’équipements sur le flux patient. Une machine présentant des pannes mineures régulières sera moins pénalisante qu’une autre réalisant des pannes lourdes de manière occasionnelle. Une étude globale montre également qu’une occupation relativement haute (95%) n’est pas optimale du fait de la forte variabilité des patients. Un tel choix d’occupation ne permet pas d’absorber les perturbations (pic de visite, panne machine…). Dans le cadre d’une extension de service par exemple, la simulation nous démontre qu’il est plus avantageux de choisir une mise en parallèle d’équipements identiques car cette organisation permet de réduire la variabilité des examens et offre la possibilité de mettre en place un binôme de médecins. Un gain de temps en cas d’indisponibilité d’un soignant est donc réalisé.

D’une manière générale, l’optimisation du flux patient se fait selon les axes suivants. Premièrement, accepter d’avoir des temps morts dans les services permet de gagner du temps dans la globalité du processus. On peut également utiliser la rétro-planification conventionnelle uniquement dans les processus à faible variabilité (préparation de produits par exemple). Pour finir, il est possible de mettre en place un système de constant work in progress (CONWIP) dans les processus présentant une variabilité. La méthode ConWip est utilisée pour réduire au mieux les délais de traitement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.