Facteurs de succès de l’intégration de dispositifs médicaux au système d’information

Par Dr Christophe BOISSON Docteur réanimateur, CHU Nîmes – Dr Philippe CROVA PH Anesthésiologie-réanimation chirurgicale, CH Bourgoin-Jallieu – Pierre MIGNON et Philippe CRUDEL Ingénieurs biomédicaux hospitalier, CH Bourgoin-Jallieu

Dans le CH Bourgoin-Jallieu, le projet de création d’un service de réanimation intégralement informatisé a été réalisé.
Le service se voulait « zéro papier », avec les données biomédicales remontées automatiquement dans la feuille de surveillance ou encore, un archivage médicolégal sur un serveur lui étant dédié. L’installation de plusieurs systèmes informatiques virtualisés (VMware V5 et motion) et d’un système de surveillance proactif (Zabbix, sonde ZATech, alertes/email) était nécessaire. Les principaux leviers de réussite étaient la fiche d’opportunité projet (GO/NO-GO) validée par la direction générale et une chefferie de projets bien établie et respectée. L’atout majeur est la double compétence informatique et biomédicale présente dans le projet. Il est important de souligner son rôle essentiel en tant qu’interlocuteur référent. C’est également lui qui fait respecter les exigences fonctionnelles et techniques avec l’appui du médecin responsable. Pour finir, il fait valider l’entrée dans la phase de fonctionnement en routine. L’objectif du second projet DOPANIMES (Dossier patient Nîmes) est de transformer les dossiers patients papiers en un Dossier Patient Informatisé (DPI) intégré. L’informatique permet une communication en temps réel et une réponse du système immédiate
(« on ne cherche plus le papier »). L’aspect « intégré » du DPI donne l’opportunité d’utiliser le même logiciel pour faire un maximum d’opérations et ne pas naviguer dans plusieurs applications. A défaut, il permet de faire communiquer les logiciels. Les principales limites des DPI sont : la résistance des cliniciens et des paramédicaux à son utilisation et la mauvaise intégration dans le parcours du patient.
Pour finir, l’Humain est un facteur majeur dans la réussite du projet. La conduite des travaux a été permanente et menée sans relâche. Le multi-professionnalisme et les nouveaux métiers « hybrides » ont également un rôle prédominant dans l’accomplissement de ces pratiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.