Étude sur la détection des tumeurs en chirurgie endoscopique, hépato-biliaire et viscérale

Par Pr Fabrizio PANARO Professeur de chirurgie digestive, CHRU Montpellier

La fluorescence est une méthode permettant de donner des informations détaillées sur l’anatomie vasculaire qui sont nécessaires aux praticiens pendant les actes chirurgicaux. Son principe est basé sur l’injection de vert d’indocyanine qui, une fois dans le système circulatoire du patient, apporte une visibilité sur la circulation sanguine.
Cette injection est notamment utilisée pour marquer le système de vascularisation lors d’une greffe du rein, du foie ou du pancréas. Il faut savoir que 20% des patients sont généralement réopérés pour des problèmes de vascularisation ou bien pour une résection de l’intestin ou du colon et ce procédé permet de réduire ce pourcentage. Le vert d’indocyanine permet également de détecter les pathologies anormales de la thyroïde, de l’oesophage, de l’estomac ou encore le ganglion sentinelle en cas de cancer. Cette substance est d’autant plus efficace lorsqu’elle est injectée par voie veineuse ou endoscopique par un anesthésiste en per- opératoire.
L’une de ses applications la plus connue est destinée au diagnostic des tumeurs hépatiques (alcool, hépatite C). Les études permettent de détecter par fluorescence les nodules de carcinome hépato-cellulaire (HCC) de diamètre inférieur à 1 cm. Leurs principales conséquences seront une pré sélection des malades compatibles à une greffe et l’assurance qu’il n’y ait pas de récidive possible. De plus, on peut améliorer l’identification du stade “staging” et vérifier à posteriori la destruction de ces nodules.
Cette méthode nous amène donc dans une nouvelle ère chirurgicale permettant la détection de pathologies et d’anomalies qui ne seraient pas discernables à l’aide des techniques d’imagerie actuelles. Certaines tumeurs cancéreuses deviennent observables, ce qui nous permet d’accéder à une information supplémentaire concernant le stade du cancer. Le nombre de détails sur l’anatomie vasculaire est alors beaucoup plus important, ce qui permet de sécuriser les actes de chirurgie digestive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.