Etre ingénieur biomédical et acheteur ?

Par Dominique LEGOUGE et Bertrand LEPAGE Directeur du RESAH Responsable de la filière ingénierie biomédicale, UniHA

L’achat hospitalier est reconnu comme une action stratégique au plus haut niveau dans la gestion de l’hôpital. En effet, l’enjeu est important car le budget achat deviendra prochainement le premier budget de l’hôpital. Cela aura donc un impact sur la qualité des soins mais également sur la qualité des conditions de travail.
De plus, la création des Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) entrainera une restructuration des fonctions support dans les établissements de soins. Il est donc évident que la fonction achat fera partie de cette nouvelle organisation.
De nos jours, la fonction achat est éclatée, dispersée et peu coordonnée en interne : elle manque de cohérence et a donc des moyens réduits. Il existe quatre facteurs de réorganisation de la fonction achat : – Mise en place des GHT et création d’une fonction achat commune – Nouvelle carte des régions – Plan triennal d’économie : 1,4 milliards d’euro d’économies souhaitées – Nouveaux droits du marché public L’évolution de la fonction d’acheteur se fera selon trois axes, soient la
professionnalisation, la mutualisation et le décloisonnement. De nouveaux métiers vont voir le jour comme responsable achat, responsable logistique et contrôleur de gestion achat. De plus, un nouveau logiciel dédié à la gestion des achats pourrait se mettre en place car la tendance mondiale pointe vers la mutualisation des achats. Effectivement, les acheteurs seront amenés à utiliser davantage les centrales d’achat et à partager une expertise telle que le benchmark ou les bonnes pratiques d’achat. Enfin, les achats ne se feront plus par service mais selon une stratégie établie en fonction du parcours patient.
Ainsi la fonction achat tend à se complexifier suite à la mise en place des GHT. Pour améliorer le métier d’acheteur, M. Lepage pense que l’ingénieur biomédical a tout intérêt à approfondir des domaines hétéroclites de la composante acheteur.

Questions
Le recours au centrale d’achat va-t-il devenir obligatoire ? Il n’y aura pas d’obligation à recourir aux centrales d’achat lors des commandes. Cela permettra de garder un levier de pouvoir pour traiter avec les centrales d’achat ou avec les fournisseurs.
Comment voyez-vous le rôle de l’ingénieur biomédical au moment du choix en centrale d’achat ? Le jeu, pour les ingénieurs biomédicaux, est de choisir la centrale d’achat proposant les meilleures clauses.
L’acheteur prendra-t-il la place de l’ingénieur biomédical ? Non, au contraire, la composante technique étant omniprésente, il a tout intérêt à approfondir ses compétences d’achat déjà présentes. Un acheteur acquerra difficilement les connaissances techniques poussées dont il a besoin. Il existe, pour ceux qui le souhaitent, la formation « les 100 heures de l’achat hospitalier » dispensée à l’EHESP.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.