Détection et caractérisation des cellules tumorales circulantes : biopsie liquide du cancer

Par Dr Catherine ALIX -PANABIERES i Responsable du Laboratoire Cellules Circulantes Rares Humaines (LCCRH), Département de bio pathologie cellulaire et tissulaire des tumeurs, CHRU Montpellier, Université de Montpellier

Dès la formation et la croissance d’une tumeur, des cellules tumorales plus agressives peuvent devenir invasives et se disséminer dans le sang. Certaines de ces cellules tumorales circulantes (CTCs) peuvent atteindre des organes distants (les os, le foie ou les poumons). L’information donnée par ces cellules peut être différente de celle fournie par les cellules de la tumeur primaire. Afin d’avoir des données précises sur ces cellules et une image en temps réel, nous procédons à cette « biopsie liquide ». La compréhension de la dissémination des CTCs est primordiale car les métastases restent la cause principale des décès. Leur analyse pourrait permettre une détection précoce d’un cancer solide, des rechutes métastatiques et une compréhension de la résistance aux thérapies.
Les CTCs sont des éléments très rares dans le sang. Ainsi, une première étape d’enrichissement des CTCs est nécessaire. L’étape suivante sera de les détecter en se basant sur leurs propriétés biologiques ou physiques. Enfin, il est possible de les trier spécifiquement avec des technologies très innovantes. Une étude clinique française permet de guider le traitement de patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique en proposant un test CTCs afin d’adapter la thérapie.
Plusieurs projets européens sont en cours au laboratoire LCCRH. L’un permet de valider une nouvelle stratégie visant à analyser un volume de sang plus important que lors d’un prélèvement sanguin usuel avec une capture directe des CTCs dans la veine du patient. Un second projet concerne l’immunothérapie en traitement du cancer avec un test qui détecte les CTCs en utilisant des anticorps anti- PDL1, un récepteur qui empêche toutes détections du système immunitaire, ainsi les cellules tumorales continuent à se multiplier et ne sont plus détruites. Un troisième projet a permis d’établir une lignée CTC colique qui ouvre de nouvelles perspectives pour l’étude de cellules tumorales capables de créer de nouvelles tumeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.