COORDINATION DE CRISE SUR LE TERRITOIRE

par Pierick BERGERAN, Adjoint au chef du Centre Opérationnel de Régulation des Urgences Sanitaires et Sociales (CORUSS)

Le 6 septembre 2017, Irma impacte de plein fouet l’île de Saint-Martin
située dans les Caraïbes. Trois jours s’écouleront entre le passage du 1er et du 3ème ouragan, compliquant l’organisation de la réponse à cette situation exceptionnelle.

Sur place, le bilan matériel est sans appel : 65% des infrastructures sont détruites et les réseaux d’électricité, d’eau et de communication sont coupés. Côté humain, on dénombre 13 décès, pas moins de 500 blessés à évacuer vers la Guadeloupe, la Martinique et la métropole ainsi qu’une grande partie de la population en état de choc.

Devant l’ampleur de la situation, le Secrétariat Général de Défense et de la Sécurité Nationale s’est employé auprès du Premier Ministre pour déclencher la CIC (Cellule Interministérielle de Crise). L’enjeu majeur de la coopération interministérielle était alors de mettre en place toute la partie logistique coordonnée sur place par le Préfet depuis le COD (Centre Opérationnel Départemental).Ainsi, concernant l’organisation sanitaire, des dispensaires provisoires ont été créés afin de permettre aux professionnels de santé ayant perdu leur cabinet lors de la catastrophe, de pouvoir apporter leur aide.

Environ 600 réservistes sanitaires, médecins, pharmaciens, infirmiers et psychologues ont également été déployés pour venir en appui des professionnels de santé locaux afin d’assurer la prise en charge des personnes dans le besoin. Il a enfin fallu mettre en place différentes actions préventives, notamment contre la survenue d’éventuelles épidémies
(prolifération de rats ou de moustiques par exemple).


Avec le recul, de nombreux enseignements ont pu être tirés quant à la capacité des autorités à gérer des crises d’une telle ampleur. Il est clair que des territoires aussi isolés se retrouvent rapidement très vulnérables dans ce genre de situation. La mise en place d’exercices de préparation aux risques de cyclone, associant l’ensemble des professionnels de santé (hospitaliers mais aussi libéraux…), devrait renforcer le niveau de préparation global du système de soins. La planification sanitaire pourrait également être consolidée par la mise en place d’un dispositif spécifique l’Organisation de la Réponse du système de Santé (ORSAN) DOM, sur le modèle du dispositif de l’ORSAN développé par le Ministère de la Santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.