Chirurgie ambulatoire et Architecture

Par Patrick HEISSAT,  Ingénieur général au CHU de Bordeaux & Delphine BEJI, Architecte Associée, Directrice d’Agence AIA Architecte Lyon

Les architectes doivent continuellement se réinventer pour proposer une offre en adéquation avec l’évolution des pratiques médicales. Les demandes hospitalières évoluent mais s’accordent sur une volonté de rapprocher les plateaux médico-techniques pour proposer des flux rapides pour les patients et les professionnels. Depuis quelques années, un nouvel enjeu est à prendre en compte : le virage vers l’ambulatoire. Le développement des unités de chirurgie ambulatoire (UCA) est un réel atout pour les patients. Cependant, la conception de ce type de service requiert une grande réflexion d’agencement car les flux de personnes sont nombreux et la proximité avec le bloc opératoire est essentielle.

Le parcours patient classique en ambulatoire requiert une grande coordination des équipes et une bonne organisation avec notamment un secrétariat performant. Le patient est accueilli, attend, puis fait un entretien individuel pour régler les modalités administratives. Il se change au vestiaire puis rentre au bloc opératoire pour son intervention. Il est ensuite transféré en salle de surveillance post-interventionnelle (SSPI). Une fois le patient stable, il est déplacé dans un box pour récupérer. Après quelques heures, il peut retourner au vestiaire, signer les dernières formalités et rentrer chez lui.

Mme Beji, architecte, nous évoque un projet sur la conception d’une UCA. D’année en année, le projet a fortement évolué d’une part car les tendances ont changé pour ce type de structure. Mais également car il y a eu une considérable augmentation du capacitaire en comparaison des prémices du projet, ce qui prouve l’engouement et le développement des unités ambulatoires. Concernant l’espace de repos, les box accueillant le patient après la SSPI évoluent car ils doivent être plus efficient et faciliter la récupération, avoir si possible une vue sur l’extérieur pour que les patients se sentent bien et apaiser. Actuellement, des salons avec 4 ou 5 fauteuils sont souvent envisagés mais l’avenir se tourne désormais vers la création d’espaces cocoon’s care qui offrent un lieu particulier dans un espace commun avec une ambiance apaisante.

La digitalisation accompagne cette tendance vers l’ambulatoire puisque des services de e-conciergerie, des tablettes pour informer et mesurer la satisfaction des patients sont mis à disposition.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.